Vive l’automne et les cucurbitacées !

Un article pour garder en mémoire la réussite des cultures de cucurbitacées de cette saison 2018 :

  • Potimarron ICHIKI KURI, (bande C, jardin du Loucascarelet)
  • Mini courge « Jack be little », (bac Edika portail, jardin de DZprod),
  • Potiron Atlantic GIANT, (jardin urbain du Pébrier),
  • Courge longue de Nice, de la MILPA (bande A, jardin du Loucascarelet),
  • Courgettes de toutes nominations (maraîchère, ronde, italienne, etc…)

La grosse découverte : le potimarron ICHIKI KURI ! Il est productif et a un petit goût de châtaigne. Avec le premier de ses 9 fruits j’en ai fait un velouté étonnant. (2/3 de potimarron, 1/3 pomme de terre, une brique de crême de coco : voir le détail de la recette du velouté de potimarron à la crème de coco).

Cliquer sur l’image de la galerie pour découvrir les plus surprenante de mes découvertes de cucurbitacées cette année 2018 :

Afin d’éviter l’hybridation des cucurbitacées entre elles, j’ai procédé à une fécondation manuelle dans le but de produire des semences Bio !!! Le but : avoir des graines à proposer aux membres de l’association la JARRE Écocitoyenne pour le jardin communautaire de 5000m² qui va s’ouvrir, un 500m du centre du Village de Rochefort du Gard.

Recette de velouté d’ ICHIKI KURI -potimarron goût châtaigne

Je ne détaille que rarement comment faire une soupe ou un velouté. Lorsque les ingrédients viennent du jardin Bio : c’est toujours bon !

Par contre, le potimarron Ichiki Kuri donne un résultat étonnant et il fallait que je garde en mémoire mon essai :

Les ingrédients : Une cucurbitacée potimarron Ichiki Kuri, quelques pomme de terre, un oignon, 200g de lardons, une brique de crème de coco… poudre de curcuma, gingembre, noix de muscade, origan… sel, poivre, huile de noix.

Les ustensiles : Fait-tout ou cocotte-minute, bon couteau de cuisine pourla découpe du potimarron.

Process : Faire revenir oignons et lardons dans un fait-tout un peu haut (ou cocotte-minute), puis réserver dans un bol. Dans le même fait-tout (ou cocotte) en gardant le gras des lardons, ajouter un peu d’huile et faire revenir les pomme de terre et le potimarron coupés en dès (on peut garder la peau de cette courge). Ensuite je rajoute un verre d’eau et je ferme la cocotte-minute. 10-15 minutes après le sifflement de la soupape, j’arrête la cuisson. Je mixe le tout avec un mixeur plongeur. Je rectifie l’assaisonnement : sel poivre noix de muscade rappée, origan, herbes de Provence, curcuma en poudre, pincée de gingembre, huile pili-pili du comptoir de Mathilde… J’ajoute alors la brique de crème de coco, puis le bol contenant les oignons émincés et les lardons. J’ai donné un peu de couleur à la présentation des veloutés en saupoudrant de l’origan et des pistils de Safran (des faux, je présume car ma mère me les avais ramenés du Maroc pour « pas cher, mon frère »).

Soupe potimarron pomme de terre et crême coco - recette dzprod jardin
Soupe potimarron pomme de terre et crême coco – recette dzprod jardin

Trop bon !

Rentabilité d’un plant d’aubergine greffée à 6.95€ à botanic®

Mon premier sentiment : un plant unique d’aubergine à 6.95€ le pied, ça fait pas un peu chérot ça ?… 3 mois après la mise en terre, mon sentiment est apaisé par une récolte abondante d’aubergine.

Conseil : Puisque le plant est F1, il est inutile de laisser les fruits sur le pieds afin de produire de la graine. Mieux vaut-il les cueillir tôt, quitte à ce qu’elle ne deviennent pas énorme : on aura moins de graines et ce sera plus facile pour d’une part travailler l’aubergine côté cuisine, et en bouche c’est plus agréable. Je pense également que les cueillir jeunes, permet aux autres aubergines laissées sur le pieds de s’ épanouir d’avantage. Ce n’est qu’une supposition…

Plant greffé aubergine ronde F1 - botanic® - dzprod jardin
Plant greffé aubergine ronde F1 – botanic® – dzprod jardin

En tout plus d’une quinzaine d’aubergine a été cueillies ! On s’y retrouve donc pour 6.95€, on a environ 5kg d’aubergine BIO, produite avec un impact carbone relativement bas (pas de transport et la fraîcheur en plus).

AGRÉABLEMENT SURPRIS pour un premier essai d’aubergine au jardin : Le plant résiste aux grands vents à comparer aux autres végétaux. De plus, une fois en production et chargées de fruits, les branches ne se cassent pas sous le poids des fruits. Mieux vaut-il quand mème lui proposer quelques tuteurs…

Du coup j’ai fait une petite vidéo pour garder en mémoire cette réussite au jardin :

Utilisation :

  • en rondelle + huile d’olive au pinceau (au four) : on laisse refroidir puis on dispose les rondelle en canapé sur de la mie de pain + fromage etc..
  • en ratatouille (cuire séparément à la poêle) dans un fond d’huile d’olive, puis essorer sur du papier absorbant.
  • farcies (au four)
  • en caviar ! le fameux caviar d’aubergine !
  • en soupe (je viens d’essayer une recette de soupe tibétaine : c’est pas mal du tout !) (aubergine, lentille corail, lait de coco, curry)

NB : Si on en a trop d’un coup, les aubergine se conservent super en lactofermentation (savoir faire, recette, etc… voir avec l’association « du jardin à l’assiette » : La JARRE Écocitoyenne 09.52.17.44.69)

 

Plant greffé aubergine ronde F1 – botanic® – dzprod jardin

Orus : nouvel auxiliaire ou ravageur chez DZprod Jardin ?

Enfin Sandryne a dit « OUI » ! Non pas pour se marier (nous le sommes déjà depuis le 23 juin 2012), mais pour avoir, enfin, ça y est,  un chien à la maison !

Orus 3 mois et son maître DavidZ 46 ans
Orus 3 mois et son maître DavidZ 46 ans

Le 27 Juillet 2018, nous sommes allés chercher ORUS (né le 05/05/2018) à la SPA de Nîmes.

ORUS regard d'ange
ORUS regard d’ange

Croisement entre un Border Collie (chien de Berger) et un Springer (chien de chasse), il a tout du chien énergique… quoi que nous sommes en canicule et pour l’instant il manifeste plus d’intérêt pour la farniente sous la climatisation que de découvrir son environnement.

Tapis réfrigéré anti-canicule pour ORUS
Tapis réfrigéré anti-canicule pour ORUSmde

Au jardin, je sens qu’il a l’instinct fouisseur et qu’il va nous faire de jolis trous pour y cacher ses nonos !

Il s’intègre doucement avec nos 4 chats… Il a était mis au pli les premiers jours… maintenant il les sollicite pour jouer comme il le fait avec le Malinois des voisines du n°6 et à la Dalmatienne du n°1.

Tous les jours nous allons donner à manger aux poules et il y retrouve MOOSE qui ne pense qu’à jouer !

Lorsque je le laisse seul dans le jardin, il exprime ses talents de futur WOOFER WOOF (aide jardinier qui travaille en échange du logement, croquettes et friandises) : il adore m’arracher les sédums qui ornent le pourtour des arbres. Il s’est amusé à arracher les bulbes d’oignons fraîchement repiqués… mais j’espère qu’il a compris que ce n’est pas fait pour me plaire.

Sandryne est aux petits soins : elle a vraiment peur qu’il ne se déshydrate vu qu’elle a disposé 6 points de ravitaillement en eau, repartis ça et là, chez nous !

Pour l’instant il n’a pas fait de bêtises majeures dans le jardin. Dans la maison, il a quand même réussi à sectionner le cordon d’alimentation du casque sans fil…

Vidéo sur son comportement au jardin de DZprod, domiciliation de l’association la JARRE Écocitoyenne :

Introduction de poules Brahma au poulailler partagé du Loucascarelet – 11-08-2018

Un grand merci à Soizic et Mathieu pour le don de 2 jeunes poules de race Brahma pour le poulailler partagé du Loucascarelet !

Pour la petite histoire : les poules ont 4 mois et demi… et nous espérons que ce sont là 2 poules et non 2 coqs ! Elles proviennent d’un don initial de Charline qui a arrêté son activité d’éleveuse de poulet sur Rochefort du Gard. Charline avait un coq « Brahma » et des poules Brahma qui ont à l’époque laissé couver certains de leur oeufs a des poules couveuses… Quelques jours après l’éclosion, Charline les a donné à Soizic qui possède un enclos « top la classe » et 2 enfants qui verront grandir les poussins.

Soizic a gardé une poule et fait don de 2 autres à l’association La JARRE Écocitoyenne de Rochefort du Gard. L’association possède un poulailler partagé, chez Franck et Marie, un double enclos de 50m², un beau potager et un grand jardin ou les poules pourront s’épanouir !

Une présentation en vidéo de l’introduction de ces 2 nouvelles :

REMARQUE : La dernière introduction de poule s’est soldé par un échec. Le conseil est d’introduire toujours un minimum de 2 poules dans une basse cour et jamais de galinette un peu chétive… elle se ferait alors gravement attaquer par ses congénères… (voir l’article à ce sujet)

La preuve :

poule attaquée par ses congeneres - DZprod Jardin
poule attaquée par ses congeneres – DZprod Jardin

Cette fois ci, je suis serein. Les poules se sont faites attaquer mais après un premier coup de bec, elles se sont redressées et n’ont pas courber l’échine comme à l’habitude de le faire la pauvre poule ci-dessus, complétement dominée et que j’ai du installer dans un enclos à part. Cette poule se met systématiquement en position pour être cocher et se fait alors défoncer le dos à coup de bec par les poules dominantes : Elle reste alors figée, c’est le carnage. Pas cool !

Ces 2 nouvelles sont déjà plus grosses que les 4 autres… elles en imposent par leur prestance… et n’ont pas le comportement à se laisser faire !!! J’espère simplement qu’elles ne se transformeront pas en coqs comme j’en ai eu l’expérience en prenant des poussins à botanic® l’an dernier ! (voir l’article à ce sujet)

3 poussins 1 poule 2 coqs - botanic®
3 poussins 1 poule 2 coqs – botanic®

La fierté d’une salade 100% du jardin !

On peut se vanter, de nos jours de produire sa propre nourriture (si on a la chance d’avoir un bout de terrain) : c’est un acte militant afin de préserver notre Patchamama (impact zéro carbone). C’est un gage pour la santé (si on prend soin de jardiner « au naturel »). C’est aussi, une gloire personnel et un retour « à la nature » personnellement valorisant de nos jours.

Maintenant habitués à manger « du jardin à l’assiette » à plus de 70% à l’année, cela à fait bien longtemps que je n’avais pas fait un article afin de compléter la rubrique « recette et idée pour des salades composées« .

La salade d’aujourd’hui a été proposée avec un velouté de courgette  et une tarte à la tomate et à la moutarde :

Salade et lactofermentation 100 pour cent du jardin - dzprod salade
Salade et lactofermentation 100 pour cent du jardin – dzprod salade

Détail de l’assiette : TOUT a été PRODUIT AUX JARDINS (jardin de DZprod, jardin partagé du Loucascarelet, et jardin urbain du Pébrier) :

  • des fèves et des olives lactofermentées,
  • un demi œuf du poulailler partagé du Loucascarelet,
  • de la scarole,
  • des betteraves (cuites à la vapeur douce),
  • des pommes de terre (cuites à la vapeur douce),
  • des tomates cerises (sur la tarte à la tomate / moutarde),
  • huile d’olive de la JARRE Écocitoyenne et aromates du jardin (origan, thym)

Ne provient pas du jardin : le sel, le poivre le beurre et la farine pour la pâte à tarte… et le parmesan sur la tarte aux tomate cerise !

Cette assiette est la fierté du jardinier, la fierté du chef mais surtout la fierté du militant écolo déconsommateur et locavore !

Le diaporama suivant rassemble quelques salades composées dans le passé :

Que faire si on a trop de courgette ?

Le jardin devient de plus en plus grand, les surplus de production sont généralement donnés aux voisins et amis. Si on a le temps on fait ses propres conserves, on congèle ou on prépare de succulente lactofermentations (le top à faire).

Concernant les courgettes, c’est délicat. La forte teneur en eau rend la congélation/décongélation pas terrible : mieux vaut les cuisiner… et congeler ensuite.

En conserve (bocaux + bouilloire), il faut oublier… elles deviennent toute flagada et prennent un aspect peu ragoutant. De plus on perd toutes les vitamines et la plupart des minéraux…

On peut rapper les courgettes et préparer des lactofermentions mais la consistance est pour moi peu appétante… cependant cela reste une bonne solution (rapide et zéro carbone dépensé) si on veut garder de quoi préparer des soupes froides dans le futur (ou soupe chaude mais on va perdre alors une partie des bénéfices vitaminiques).

Le mieux est de les cuisiner :

Ustensiles et ingrédients pour un velouté de courgette
Ustensiles et ingrédients pour un velouté de courgette
Flan de courgette et tartare de tomate - DZprod Jardin - 29 juillet 2015
Flan de courgette et tartare de tomate – DZprod Jardin – 29 juillet 2015
  • Stuffing de fleur de courgette
Fleur de courgette façon cervelle de canut
  • En Ratatouille (avec des aubergines, tomate, poivrons, un oignon, etc…)
  • Rappée ou en tronçons, en salades mixtes… c’est encore le mieux !
Velouté de courgette recette dzprod
Velouté de courgette recette dzprod

Astuce pour nourrir une tortue si on part en vacances

Pour un chien ou un chat, un poisson rouge, des oiseaux, des poules en enclos… on demande aux voisins, ou à des amis de venir les nourrir lorsque on s’absente en vacances.

Pour une tortue, cela est moins commun !

Voilà une astuce : On peut lui préparer un stock de nourriture ! La personne de confiance qui viendra nourrir les autres animaux n’aura qu’à vérifier que tout est en ordre et qu’il ne manque pas d’eau !

Pourpier à tortue repiqué en pot de 1 litre - dzprod jardin
Pourpier à tortue repiqué en pot de 1 litre – dzprod jardin

Comment faire ?

Il suffit de prélever dans la nature ou dans son potager quelques salades, scarole, ou autre adventices que les tortues raffolent (sur la photo c’est du pourpier). On les repique dans des pots de 1 litres ou directement en terre. L’astuce de garder les pots humectés en les plaçant dans une énorme soucoupe permet à la fois de proposer à la tortue un abreuvoir mais aussi de garder la nourriture tout au même endroit !

Une autre astuce plus sophistiquée est de ré-employer des mini-serres pour mettre à disposition selon les besoins de la nourriture en ouvrant tel ou tel module… (les explications sont détaillées dans un autre article dédié à cette seconde astuce ICI)

rhdr

woofer woof du jardin urbain du Pébrier !

Cette vielle chienne, berger Allemand, vient toujours me faire la fête lorsqu’elle m’entend gratter au jardin urbain.

Lorsqu’elle capte mon attention, elle roule alors sur le dos, et m’offre son ventre, pour des papouilles des plus délectables !

woofer woof du jardin urbain du pébrier - DZprod Jardin
woofer woof du jardin urbain du pébrier – DZprod Jardin

Après une séance de grattage de dos, exfoliation de poils à tout va, de tape ventrale et de mot d’amour, elle s’en va repu, rejoindre Kévin son maître, voisin du jardin urbain, allée du Pébrier.

Je lui donne volontiers le titre de « Woofer » car elle m’assiste lors de mes travaux au jardin urbain du Pébrier. Elle m’honore souvent de ses crottes, mais ce n’est pas faute de lui dire que cela intéresse pas le compost et que son maitre pourrait les ramasser, mais peine perdue : elle insiste et me fais don de ses excréments autant qu’elle le peut !

Fort de ce constat, nous avons créer une give-box à crotte. Une petite pelle est une mini-poubelle est désormais présente à côté de la cuve à eau. Libre à quiconque de ramasser les crottes, vu que Kévin ne le fait pas. C’est pas grave car la compagnie de sa chienne vaut tout l’or du monde !

Evolution chronologique d'un jardin d'un particulier et de jardins partagés associatifs (Asso LA JARRE ÉCOCITOYENNE) à Rochefort du Gard.