Archives de catégorie : Le jardin partagé DZprod (suivi des espaces de culture)

Suivi des espaces de cultures dans le jardin de DZprod. Bacs (agglos et enduit) et carrés potagers (palettes Botanic). Le But : alterner les cultures, noter les amendements, la qualité de la terre et sa décompaction.

Abricotier Bergeron (jardin urbain du Pébrier)

Achat le 24/11/2017, en demi-tige, lors de la journée « black friday » à botanic® à -50%, lors de la Sainte Catherine (le 25/11), abricotier Bergeron.

Mise en terre le 27/11/2017 au jardin urbain du Pébrier :

Tuteurage et tour d’arbre effectués le jour même (non visible sur le cliché ci-dessous).

Achat - Abricotier Bergeron - 45euros - jardin de quartier - 24-11-2017 - Association la jarre écocitoyenne
Achat – Abricotier Bergeron – 45euros – jardin de quartier – 24-11-2017 – Association la jarre écocitoyenne

Nota béné : L’investissement d’un demi-tige plutôt qu’un abricotier en forme « gobelet » est plus important… Nous avons fait ce choix afin de pouvoir circuler autour de l’arbre plutôt que de devoir le contourner systématiquement lorsque l’on navigue dans le jardin urbain !

Travail de référencement GOOGLE MAP de David ZICOLA

J’ai travaillé pour le compte de la JARRE afin que l’association devienne LOCAL GUIDE et puisse référencer précisément ses jardins sur la toile et notamment GOOGLE MAP.

La JARRE Écocitoyenne est maintenant partie prenante et participe à un programme d’amélioration des informations des espaces géolocalisés sur GOOGLE MAP. Ainsi, lorsque je fais une recherche de géolocalisation sur GOOGLE MAP et me renseignent sur un lieu (comme dernièrement par exemple le Moulin de Romanou à Théziers) il est possible de compléter la fiche de l’établissement, y joindre des photos, proposer un commentaire, repositionner au mètre près l’établissement sur le plan, etc…

Exemple de résultat concernant nos trois espaces de cultures, visibles lors d’une recherche GOOGLE MAP ou un ZOOM sur la cartographie de Rochefort Du Gard :

En un mois, juste en complétant la fiche concernant nos jardins et celles des lieux liés aux activités de l’association (Moulins à huile, jardineries, coopératives agricoles, etc…), nous avons atteint le niveau « Local Guide 3 ». Nous avons cependant conscience que l’accès à l’échelon supérieur et être félicité par Google pour cela, n’a rien de rémunérateur. Certain local guide (personne physique) pourrait avoir tendance à se prendre au jeu : l’activité devient alors chronophage mais est également du pain bénie pour Google « big brother » !

Servons nous donc de ce statut de local guide sans pour autant « tomber dans le panneau »…

GOOGLE MAP - Référencement des jardins partagés - association la jarre écocitoyenne - octobre 2017
GOOGLE MAP – Référencement des jardins partagés – association la jarre écocitoyenne – octobre 2017

Production huile d’olive Bio de Rochefort du Gard

Oui, grâce à l’association La JARRE Écocitoyenne, Rochefort du Gard se dote de son huile d’olive Bio ! (Commande possible ICI)

Huile Olive de Rochefort du Gard - association la JARRE ecocitoyenne - 10-2017
Huile Olive de Rochefort du Gard – association la JARRE ecocitoyenne – 10-2017

La première semaine de récolte sur les arbres des adhérents a donné 29Kg d’olive, soit 4,3 litres d’huile d’olive.

Prévision achat - récolte des olives - association la jarre écocitoyenne - 2017
Prévision achat – récolte des olives – association la jarre écocitoyenne – 2017

La deuxième semaine (arbres communaux et de particuliers tous non traités) la récolte de 109Kg a donné 20 litres.

Collecte des olives communales - association la jarre écocitoyenne - novembre 2017
Collecte des olives communales – association la jarre écocitoyenne – novembre 2017

Les olives n’ont pas été mises dans un pot commun (palox de 350KG). Le moulin de Romanou à Théziers propose de presser ses propres olives pour obtenir sa propre huile, dès 100Kg de récolte. Le but de l’association est atteint : nous avons obtenu notre propre huile que l’on peut considérer BIO !

L’huile est en vente au profit de l’association afin de pourvoir aux achats de filet, panier de récoltes ventraux et autres peignes pour faciliter la récolte… Mutualisons les outils de récolte, créons un pot commun et produisons une huile Bio Rochefortaise… ensemble !

Devant l’engouement de l’huile d’olive communale, La JARRE Écocitoyenne a instauré une pré-vente, afin de répondre aux attentes de chacun.

Locavore : CLIQUER ICI POUR COMMANDER VOTRE HUILE D’OLIVE BIO et Locale « La ROCHEFORTAISE » (au profit de l’association la JARRE Écocitoyenne)

Mouche de l’olive

Vous voulez faire des olives de bouche mais vos arbres ont toujours eu tendance à produire des olives piquées par la mouche de l’olive… Cet article propose des solutions pour lutter biologiquement contre la mouche de l’olive.

La solution la meilleure est la synergie d’action du piège PDA (piège OLIPE) et de l’attraction d’une capsule de phéromone et une pulvérisation d’une argile au kaolin.

Vu le cycle de la mouche (5 génération par ans), la lutte est à renouveler toute au long du stade de développement de l’olive.

LIRE ABSOLUMENT CET ARTICLE (site de l’afidol) afin d’en savoir un peu plus sur la MOUCHE DE L’OLIVE.

Proposer aux voisins possédant des olives des pièges… (synergie géographique d’action).

NB : Se référer aux recommandations de l’organisme afidol ICI

Le Piège OLIPE : Photolien wikipédia -coût faible – DIY & RRR – à base de PDA, sel d’ammonium phosphorique (prévoir 1kg de sel pour traiter tout le quartier, 5 pièges, 120 à 150g par piège / an, renouvellement tous les mois, 35g par piège / mois (pour 3/4 de litre H2O dans la bouteille RRR de 1,5l ). Achat en coopérative agricole ou au moulin. (voir avec cave castelas? & Soulier Éric)

Le piège à phéromone : coût important (achat en jardinerie à botanic®) car à renouveller également dans la saison mais il est interessant à en mettre un pour observer le début de l’attaque des mouches…

Pulvérisation de poudre de silicate d’aluminium (kaolin) ou argile blanche calcinée : (NB marche aussi pour lutter contre le carpocapse de la cerise et la psylle du poirier, prunier, pommier !) Voir site Ephytia. Mettre un masque FFP2 (poudre), appliquer par vent faible. Traitement à renouveler chaque 1 à 3 semaine (voir dose, application, pulvé etc… 30€/5kg…).  NB : Le kaolin est un produit foliaire utilisé contre les coups de soleil aux vergers des agrumes (cela aurait fait du bien doublement à mon poirier William cet été 2017 !!!)

Collecte des olives à Rochefort du Gard

Cet article est un lien vers le site de l’association La J.A.R.R.E à Rochefort du Gard concernant l’optimisation des récoltes des olives sur la commune.

En effet l’association la JARRE a reçu l’autorisation officielle de pouvoir récolter les olives sur le domaine municipal de la commune de Rochefort du Gard.

Pour participer aux récoltes : Tél DavidZ : 09.52.17.44.69 ou 06.52.33.89.70

Lancement de la récolte des olives - association la jarre - Rochefort du Gard
Lancement de la récolte des olives – association la jarre – Rochefort du Gard

Le lien ci-dessous permet aux adhérents désireux de participer à la collecte des olives d’ajouter facilement cet événement à leur Google Agenda :

Récolte 2017 des olives à Rochefort du Gard - association la jarre écocitoyenne
Récolte 2017 des olives à Rochefort du Gard – association la jarre écocitoyenne

Mutualisation d’outils pour la récolte :

  • peigne à olives
  • filet à olives 6m par 6m avec ouverture centrale,
  • sauts, kajo®, panier de récolte abdominal, etc…

Idées à mettre en place :

  • communication à mettre en place sur l’évenement « collecte communale par le biais de facebook, visuel double A3 kakemono et affichage public via les panneaux dédiés aux associations (cf service des associations),
  • liste des adhérents possédant des oliviers et qui cherche de l’aide pour la cueillette,
  • liste des Rochefortais possédant un olivier et qui ne procèdent généralement pas à la cueillette (don des olives ou conditions à mettre en place par un accord papier)
  • Répertoire géolocalisé GOOGLEMAP des oliviers de la commune dont l’association à l’autorisation de valoriser (valorisation du patrimoine non-exploité, lutte anti-gaspil)
  • Liste des Moulins avec les conditions et coût de trituration mécanique,
  • Édition d’un rapport d’activité et diffusion (Mairie, adhérents, facebook, web et Presse locale)

Liens vers des sites pour faire ses OLIVES DE BOUCHE :

NB : L’année prochaine, glaner les olives vertes dès le mois de septembre afin de confectionner les olives vertes de bouche. Les olives noires sont d’avantage attaquées par la mouche de l’olive dont 5 génération peuvent se succéder dans la saison ! Ainsi dès la floraison, il faudra disposer des pièges à mouches (PDA : un sel d’ammoniac NH3 et d’acide phosphorique H3PO4 : phosphate diammonique, (NH4)2HPO4) et pulvériser à l’argile kaolinique (taille 10mm). Cf site de l’Afidol (organisme qui prend d’ailleurs 0.14€/Kg de taxe au moulin).

Conseil concernant la lutte en AB de la mouche de l’olive (voir mon article dédié).

Au 24/10/2017 : Une première récolte de 8 arbres (3 au Loucascarelet, 1 au n°1 allée du Pébrier, 3 au n°2 allée du Pébrier et 1 au n°7 allée du Pébrier) : 29Kg apportés au moulin de ROMANOU à THÉZIERS (Itinéraire GOOGLEMAP)

Test engrais vert automnale (vesce commune)

Achat à botanic® d’une boîte de VESCE COMMUNE, une semence mellifère pour engrais vert. (poids net 120g : 30g de mulch et 80 de graines de vesce ; 6.99€)

Le test et fait dans les 8m² du bac pentagone. On a divisé la zone en 2 partie égale. L’une reçoit uniquement de la vesce et l’autre un mélange de blé/vesce/trèfle blanc.

Date du test 12/10/2017 malgré le calendrier de semis allant de Mars à mi-septembre. Le but est de voir si un amendement par un engrais vert est possible pendant le période de repos de la terre (automne hiver).

REMARQUES à faire remonter au service consomateur de botanic® :

  • en jardinerie, il n’existe pas d’engrais vert automnale…
  • dans les régions à hiver doux, les semis d’engrais verts de printemps prennent finalement de la surface de production…
  • le but des engrais verts étant de ne pas laisser le terre à nue autant semer un engrais vert à l’automne ; faucher ensuite avant le production de graine et mulcher le tout afin que le bénéfice d’avoir capter l’azote atmosphérique soit disponible dès le printemps,
  • On est surpris lorsqu’on ouvre le paquet de ne voir que très peu de « mulch connect » par rapport aux semences. Ramener à 78€/kg de semences, on s’attend également à des conseils pertinents…
  • semer à la voler des graines qui se doivent d’être enfouies à 3, 4cm de profondeur : c’est le risque de voir les oiseaux du ciel en profiter plus de votre terre du potager !!! Il vaut donc mieux après avoir semer à la voler, utiliser superficiellement le rateau ou une rotogriffe, puis ensuite seulement tasser légèrement le terre (j’utilise un platoir pour les petites surfaces ou les carrés potager),
  • les indications sur la surface de rendement est contradictoire : 30m² sur le devant le boîte, contre 10m² au dos de la boîte (cf conseil pour le semis) : cela triple le coût de traitement pour le jardinier amateur !

Il serait pertinent de trouver en jardinerie en plus des mélanges « printemps/été » (c’est la cas à botanic® Saint Anthelme), d’autres mélanges tout fait :

  • Mélange engrais verts « automne/hiver »
  • spécial « terre pauvre » (avec beaucoup plus de mulch connect par exemple, et une invitation à acheter algues marines, fibres de coco, lombricompost à part…)

Mon test étant de ne pas laisser la terre nue et de produire un engrais vert (captation d’azote) et créer un mulch lors du fauchage avant le fin de la floraison (avant que les graines ne soient produites…).

NB : Si on veut que le much se dégrade plus vite et que la terre soit alors disponible pour les semis de printemps, on va faire le test de couvrir le mulch produit du fauchage par des cartons (c’est offrir un refuge mais aussi une invitation au « aggradeurs du sol » souvent lucifuges de travailler, en nombre et plus vite (augmentant le cinétique de dégradation)).

NB : Pour les petits porte monnaie et les grandes surfaces, l’idée d’acheter un sac de blé (cf animalerie) de 25kg à 13,99€ me semble bonne. Cela renvoie à 56c le kilo soit 140 fois moins cher que la vesce !

Liens intéressants trouvés une semaine après les essais :

Herbe aux chats

J’essaie d’éviter d’avoir des chats dans le jardin potager… mais ma femme les invite !

En effet, j’observe les chats (les 3 nôtres et leurs potes du quartier !) tantôt chercher une couche pour la farniente au soleil, tantôt creuser un cabinet de toilette improvisé, tantôt organiser un terrain de chasse pourtant en « propriété privé », en plein milieu d’un rang de semis fraîchement aligné au cordeau…

Lutter contre les ravages des chats, j’y ai réfléchie longuement et tenter bien des choses afin de inciter à aller « jouer ailleurs ».

Ma femme (qui sera une dame aux chats pour sure sur ces vieux jours) a finalement opté pour une solution ma fois diamétralement opposée et dont j’étais à mille lieux de penser : Plutôt que de les chasser, attirons les ailleurs !!!!

La solution : Vous la trouverez à BOTANIC, à gauche de la cabane des pépiniéristes au niveau des plantes vivaces en godets.

NÉPÉTA : ce n’est pas le nom de notre dernière chatte mais celui d’une vivace que l’on appelle herbe aux chats !

Népéta - Herbe aux chats - botanic - vivace - 2€99
Népéta – Herbe aux chats – botanic – vivace – 2€99

Cette herbe attire les chats et pour ceux qui possède le gène récessif « cannabique » : ils deviennent fada au contact de cette plante entre autre florifère, aromatique et mellifère !

Idéale en association avec des œillets, gypsophiles nains et millepertuis, elle s’utilise en massifs.

Distance de plantation : 50cm.

Nota bene pour Madame qui en fera l’entretien : Chaque printemps, au démarrage de la végétation, enrichir le sol en surface avec du compost ou du fumier. Arroser régulièrement la première année de plantation. Rabattre légèrement après floraison pour densifier la plante et également au printemps.

Pour en savoir plus sur les plantes « herbes aux chats » qui rendent les chats tout foufou (lien Wikipédia)

Les chats font le buzz sur le net… alors vous aimerez certainement ces ARTICLES CONNEXES concernant les chats aux jardins de DZprod :

Lise et sa minette avec un nouveau collier au 24-04-2015
Lise et sa minette avec un nouveau collier au 24-04-2015

Exemple : Solution RRR anti chat pour la protection des semis ;  pics, bambous en ligne ou grillage (3 essais pour la protection des semis en ligne) ; autre article concernant nos chats : MCmiaou drinking contest, photo « découverte des insectes ou séance de yoga dans la jardin« , la poule met la pâté aux chats (photo1 et photo2) ; protection par des tunnels « Modulo » (le chat n’a plus que le choix d’aller voir ailleurs !) ; Minette : la chef des travaux finis (lors de la construction de la bande C au jardin du Lou Cascarelet) ; refuge pour chat 0€ (boîte en polystyrène expansée de récupération).

Voir la magnifique vidéo 100% home made de Adeline, produite cette semaine !

Pouce en haut, Like, SVP !!!

Bouturage du figuier

Essai :

Vu sur le net direct sur le figuier à l’étouffer !!! (tunisie ou maroc)

Voir le lien : 3 façons de bouturer le figuier (crossette, étouffer, verre d’eau)

Mon essai, en crossette : Prélèvement le 22 décembre 2017, puis mis à stratifier quelques mois…dans du sable

4 mois après le prélèvement : Transplantation de la bouture au printemps dans un pot avec un mélange de sable et compost mûr.

bouture de figuier Madelaine des 2 saisons
bouture de figuier Madelaine des 2 saisons

9 mois après le prélèvement :

Bouture du figuier au 04 septembre 2017
Bouture du figuier au 04 septembre 2017

Mise en place du figuier au jardin urbain (allée du Pébrier) : En novembre 2017… affaire à suivre !!!

Quetsches – conservation rapide facile & non energivore

Dans le temps, on séchait les quetsches doucement dans le four à bois…. Aujourd’hui, on peut les faire sécher au déshydrateur. Pour les utiliser ensuite, il fallait les réhydratées… (cf vidéo des « carnet de julie », pour le fun)

Lorsque la récolte est importante, on peut faire des confitures, congeler quelques kilos mais aussi les conserver en bocaux dans leur jus…

Cette article se veut proposer une solution rapide pour conserver rapido quelques kilos… sans prendre de la place dans le congélo… sans travail fastidieux (pas de sirop à préparer).

La vidéo ci-dessous donne quelques astuces pour le dénoyautage et la mise en cocotte des bocaux : Utiliser une paire de ciseaux en coupant le quetsche de biais et le noyau sera extrait sans effort ! Utiliser des chiffons dans le fond et entre les bocaux évite les chocs lors de la stérilisation…

La conservation rapide et simple : Stérilisation rapide dans la cocotte minute.

Dans cette vidéo ci-dessous, le pot est gros : laisser alors une vingtaine de minute après le sifflement de la cocotte. Sinon, dans de petits pots : arrêtez la cocotte dès le sifflement puis laisser reposer jusqu’à refroidissement.

Maladies du poirier : la rouille grillagée, la fumagine (via la punaise Tigre) et autre coup de chaud

Les maladies observées sur mes poiriers cette année 2017, sont relatées dans la vidéo suivante, présentant la rouille grillagée, la fumagine et le coup de chaleur de juin 2017.

Chaque année, durant l’été, des tâches oranges apparaissent sur les feuilles de mes poiriers. Ensuite, au revers de la feuille, des tumeurs véruqueuses se développent. Enfin, (mi-Aôut, fin d’été) des excroissances coniques sur les tumeurs libèrent des spores… Les poiriers ont chopé une maladie crytogamique : la rouille grillagée.

Je pensais initialement que cette maladie cryptogamique était d’autant plus virulente si on arrose trop son arbre. Du coup je n’ai presque pas arrosé les doubles-U. RÉSULTAT poiriers ont souffert d’un manque d’eau et j’ai retrouvé pas mal de feuilles sèches sur l’arbre.

Juin 2017 a été un mois record (record de chaleur)… De plus, les doubles-U, ont été plantés le long de la longrine du mur, côté « Allée de Provence », par une entreprise paysagiste, mais les trous de plantation étaient bien trop petits : Les racines n’ont trouvé que peu de place. Ces deux facteurs, ont provoqués un coup de chaleur, surtout sur le poirier pourtant le plus à l’ombre du mûrier platane… (j’avais réduit une charpentière l’hiver dernier). La sècheresse apparente gagne (au 19/07/2017) la moitié de ce double-U mais également la charpentière du poirier double-U, de gauche.

Je pensais les feuilles malades mais je n’ai rien vu sur le Net, à par des clichés identiques parlant de coup de chaleur :

NB : la température a grimpé à 37,2 degrés lundi 12 juin, en Avignon, un record ! Alès, la ville la plus chaude de France, en juin 2017… et moi qui ait voulu pas arroser !!!

J’ai trouvé des vidéos complétant mes observations cette année :

Conseil pour limiter les maladies sur mes fruitiers pour mémoire :

L’an prochain, je vais redoubler d’effort sur les points suivants :

  • Automne, après la chute des feuilles : Ramasser les feuilles, nettoyer le pourtour de l’arbre (le sol clean !).
  • Anti maladie d’hiver (tuer les œufs d’insectes à base d’huile végétale (huile de lin) ou de chaux (blanc arboricole mais il est conseillé de ne pas l’utilisée tous les hivers).
  • Avant l’éclatement du bourgeon : bouillie bordelaise. Après fructification : pièges aux phéromones.

Bouillie bordelaise : Mode d’emploi, faire sa bouillie bordelaise soi-même :

Pourtant cette année, je m’étais donné du mal, mais il faut savoir que si on a des genévriers dans les environ (et c’est le cas pour moi avec la garrigue et les jardins de particuliers tout autour de chez moi… il y a d’ailleurs « l’allée des genévriers à Rochefort du Gard » pas loin du tout.

Pour une bonne récolte voilà le travail fait cette année (et l’hiver dernier) :

Les feuilles malades avaient été ramassées… mais les genévriers environnant (vecteur primaire de la maladie) m’amèneront toujours la rouille grillagée…d’une année sur l’autre…

On résume les 3 facteurs pertubateurs d’une récolte réussie en 2017 :

  • La rouille grillagée,
  • la fumagine (via les punaises Tigre),
  • la sècheresse record.
Maladies poirier - rouille grillagée - fumagine due à la punaise tigre - sècheresse - 2017
Maladies poirier – rouille grillagée – fumagine due à la punaise tigre – sècheresse – 2017

Remarque : les pommiers ne sont pas attaqués par la rouille grillagée du poiriers. Ils peuvent choper la rouille grillagé également mais ce n’est pas le même champignon…

Le cognassier : Idem, il chope la rouille grillagée et comme le pommier, le champignon est spécifique. Par contre, contrairement aux poiriers, le cognassier présente la maladie sur les feuilles mais surtout sur les coings qui stoppent littéralement leurs croissances. Je n’ai à ce jour encore pas récolté de coing…